02/03/2017




Il est des souvenirs contés sur notre blog suscitant de multiples et diverses réactions.
Les photographies d'école sont les sujets favoris amenant des commentaires sur ces années encore heureuses en souvenirs. 
Un reportage sur l'ancien Cours Complémentaire de Guémené-sur-Scorff et son concours de chant victorieux à Paris en 1950 fut un réel succès (cliquer sur la photo ci-dessous).
Nos lectrices et anciens élèves ont ainsi provoqué, pour le plus grand plaisir de tous, un second volet que nous vous livrons aujourd'hui...
Un grand merci à notre rédacteur.





Allegro ! Quand  le chœur s’emballe !


Retour sur la chorale du CC filles et son triomphe parisien de 1950

Un jour, en Angleterre, une jeune femme découvre le blog de Guémené sur internet. Elle feuillette les rubriques et son attention s’arrête sur la chorale du Cours Complémentaire des filles. Elle sourit à cette fantastique histoire ! Quelle année, déjà ? 1950. Oui, c’est bien ça. Les neurones s’interpellent en un éclair et les tilts fusent comme au flipper. N’est-ce pas, n’est-ce pas ? Mais si ! C’est bien grand-mère, là, sur la photo, n° 84.

Renseignement pris tout est confirmé. Et c’est ainsi qu’Anne Allanic sort de son silence. Dans un courrier succinct adressé au blog, elle propose tout simplement de combler en presque totalité les grands vides de la liste des filles figurant sur la photo de la chorale prise quelques jours après le fameux concours de 1950. Rappelons que seulement 68 participantes étaient identifiées sur 138, et encore avec des incertitudes concernant les noms, prénoms et communes d’origine.

Bien entendu, nous répondons illico presto. Le contact est facile, le courant passe. Anne va nous révéler tous les ressorts de l’aventure, la liste des choristes presque complète et des compléments d’information inédits et surprenants.

Quelques mots sur Anne et son parcours guémenois. Née en 1935 à Malguénac de parents originaires du Pays Pourlet, elle a été interne au CC des filles de 1946 à 1950, année de son succès au BEPC. C’est dire qu’elle a bien connu toute la période de l’immédiat après-guerre.

A cette époque, Mlle Le Gunéhec était toujours directrice (depuis la rentrée 1929). Vous vous souvenez sans doute de cette femme remarquable qui a marqué les années 30 et les années de guerre (cf. blog * reportage sur le lycée de Lorient réfugié à la Pomme d’or). Sans entrer dans le détail, je rappellerais toutefois son action dans l’accueil des réfugiés républicains espagnols dont les plus anciennes Guémenoises se souviennent encore (C’était un bonheur d’écouter Eugénie Gourlet raconter ses points de couture chez Février tailleur avec ses consœurs ibériques).

Mlle Le Gunéhec avait à cœur d’ouvrir l’horizon culturel des élèves. En plus de ses fonctions de directrice, elle consacrait quelques heures à l’enseignement du français ; elle proposait l’étude de poètes et des poésies hors programme. Anne adorait ces cours autrement brillants que les cours habituels et se souvient, entre autres, du poème d’Arthur Rimbaud, « le dormeur du val » (cliquer sur image).


Fait singulier témoignant d’une certaine liberté, pendant un temps, la directrice accueillit son père au CC. Il convient de mentionner, il me semble, qu’il avait été lui-même instituteur à Guémené au début du siècle, une longue histoire d’amour en somme. Il faisait faire son buste par un sculpteur et le réfectoire servait d’atelier. Les filles avaient donc ce privilège de voir l’avancement du travail, l’œuvre d’art, en marche au côté du modèle, pourrait-on dire, quand elles venaient prendre leurs repas.

Les élèves bénéficiaient des séances de cinéma données une fois par mois au CC des garçons par un instituteur, Le Bris, qui se déplaçait du canton du Faouët. On donnait des films modernes à l’époque tels que Gribouille (qui a lancé Michèle Morgan), Carnet de Bal, Goupi mains rouges, etc.


La musique était enseignée dès la 6ème par Mme Dufeix qui avait toute la confiance et l’appui de la directrice. L’emploi du temps comprenait 2 h par semaine, l’une consacrée au solfège et aux premières découvertes, l’autre, le mercredi après-midi, réservée au chant choral.
La chorale opérait à 4 voix ; Anne se situait dans les plus basses. Certaines élèves étaient retenues comme solistes ; en 1950, il s’agissait de Flora Peuron, de Guémené, et de Madeleine Belleguic, de Baud. Les cours se tenaient dans les classes habituelles, 6è et 5è étaient au rez-de-chaussée, 4è et 3è à l’étage ; les répétitions générales avaient lieu dans l’espace qu’on dégageait en ouvrant les cloisons coulissantes qui séparaient les classes de 4è et 3è. La chorale se produisait dans des spectacles locaux donnés en cours d’année, en particulier pour les fêtes de Noël.

Mais au CC, la directrice et la professeure visaient plus haut. Il existait un concours départemental annuel sous l’égide de l’UFOLEA (A pour éducation artistique, à ne pas confondre avec UFOLEP pour éducation physique) et un second niveau, le concours régional. Quand on avait gagné 3 fois le concours à Rennes, ce qui fut le cas en 1950, succès du CC filles de Guémené en 1946, 1949 et 1950, on était alors qualifié pour le concours national. A Rennes, on avait failli faire pleurer l’assistance en interprétant « L’adieu » de Schubert *. Le groupe avait été piloté dans la grande ville par le neveu de Mlle Gunéhec, étudiant dans notre vieille cité universitaire.


Anne a conservé la photo prise à l’issue du concours du 2 juillet 1949 que voici en toute première présentation.


Et, naturellement, celle de la consécration nationale de 1950. On remarquera que les tenues portent une marque de fantaisie, revers verts à pois blancs, colorés ici sur celles qui sont le plus accessibles, premier rang et cas particuliers. Ce n’est pas sans rappeler les couleurs de l’ancien club sportif guémenois, l’Union Sportive Guémenoise.


Le répertoire de la chorale était éclectique. Pour les fêtes de fin d’année, on privilégie les chants de noël anciens.  Pour les concours, en particulier ceux de Rennes, on avait des œuvres plus difficiles : « l’hymne à la musique », « l’alphabet », de Mozart, « l’adieu », de Schubert, à 4 voix et bouches fermées, « sur le pont de Tréguier », « Armor », un air breton mais chanté sur des paroles en français, qui n’est autre qu’une version de « Bro gozh », chant national du pays de Galles (présenté sur internet comme le chant national breton). Dans les jours qui précédaient les concours, on faisait prendre aux enfants des pastilles pour la gorge, les magiques dragées "Gargarismes de Luchon". Le jour du concert, on se préparait par des séries de vocalises. Outre les deux solistes citées plus haut, d’autres choristes pouvaient intervenir en solo dans les séances moins décisives.


Le concours national de Paris, 1950 
Anne sait nommer 120 participantes sur les 138. Elle dit qu’on avait dû partir à 3 cars (plutôt que 2), cars de la compagnie Le Fur, de St Salomon en Guern. En entrant dans Paris, on avait un peu cherché l’itinéraire conduisant à l’école qui hébergeait les Guémenoises en banlieue, peut-être Ivry.  Voici donc à un certain moment les véhicules stationnés sur un parking. Un homme, intrigué par ces cars guémenois, s’approche. Il aborde le conducteur et demande s’il y a parmi les filles quelqu’une… de Malguénac ! Pensez donc, ses enfants venaient en vacances chez leur grand-mère bien connue de tous au pays.


Puis ce fut le grand jour. 
Le matin, on s’était gargarisé à la mode de Luchon, 
on avait fait des vocalises puis on avait répété « l’alphabet » de Mozart. 
un petit clic sur ma tête

Arrivées à Chaillot, après s’être un peu perdues dans les couloirs, les filles avaient rejoint la salle officielle. Je ne reviens pas sur l’épisode déjà rapporté sur le blog. Anne précise que les filles avaient chanté « l’hymne à la musique » et « sur le pont de Tréguier ».

Le lendemain du concours, visite de Paris : Notre-Dame et, sur le parvis, le point zéro des routes de France ; la butte Montmartre qui donna lieu à une séance de pose devant le Sacré-Cœur (voir photo ci-dessus)

De retour à Guémené, Félix Le Guernével est sollicité pour la photo de groupe devant la façade du CC donnant sur la rue Neuve (rue Emile Mazé). Voici à quoi  ressemblait l’établissement édifié dans les années 30, et qui fit l’objet d’une série connue de cartes postales éditée en 1936-37 ; celle-ci est intéressante car elle porte des mentions dues à une interne.


Cette année 1950, la lumière est parfaite. 
Le photographe nous offre un joli portrait du groupe où chacune des participantes est clairement « échantillonnée ».


Voici le détail des noms rapportés par  Anne, avec mention de leur commune.

1
Francine Gouel, Malguénac
2
Annie Le Clanche, Le Bono
3
Suzanne Le Lan, Auray
4
Christiane Evenou, Berné
5
Adrienne Le Nestour, Plouray
6
Odette Guiriec, Ste Brigitte ou Silfiac
7
Mireille Daniel, Lignol
8
Odette Réty, Le Croisty
9
Paulette Kervégant, Le Sourn

10
Geneviève Hervo, St Yves en Bubry
11
Maria Le Gouriérec, Baud
12
Annick Jaffré, Cléguérec
13
Hélène Broustal, Langonnet
14
Henriette Robic, Ploërdut
15
Huguette Le Bihannic, Lorient
16
? Dréano,
17
Suzanne ?
18
Denise Jan, Baud

19
Renée Danet, Vannes
20
Marthe Lucas, Le Bono
21
Monique Massardier, Pontivy
22
Renée Sévéran, Sarzeau
23
Pauline Cosnier, Mauron
24
Denise Le Cunff, Persquen
25
?
26
Flora Peuron (Soliste), Guémené
27
?

28
Jeanine Le Carvès, Carnac
29
Thérèse Le Louarn, Berné
30
Yvette Le Martelot, Carnac
31
Georgette Jaffé, Cléguérec
32
Denise Le Galliot, Baud
33
Maryvonne Bénech
34
Gilberte Plunian, Auray ou St Pierre de Quiberon
35
Madeleine Galloudec, Carnac
36
Lucie Janot, La Trinité
37
Anne Quéré, Plouray
38
Gilberte Dréano

39
Annie Fisher
40
Jacqueline Conan, Auray
41
Christiane Philippe, Ploërdut
42
Renée Tromelin, Ploërdut
43
?
44
Mireille Le Dudu
45
?
46
Paule Gourin, Etel ou Belz

47
Marie-Thérèse Le Saux, St Caradec
48
Geneviève Guégan, Bubry
49
Irène Leroy, Ploërdut ou Le Croisty
50
Louisette Le Roux, Ploërdut
51
Yvette Robic, Ploërdut
52
Hélène Le Doré, Guémené
53
Micheline Le Rouzic, Carnac

54
Marie (Mimi) Le Beller, Silfiac
55
Blandine Le Métayer, Moustoir-Remungol
56
Francine Le Gleut, Berné ou Meslan
57
Louisette( Zezette) Guennec, Baud
58
Jeanine Kériel, Vannes
59
Gilberte ? Duclos
60
Lucienne Le Bray, Inguiniel
61
Hélène Le Guin, Silfiac

62
Antoinette Le Gouguec, Le Croisty
63
Monique Goulard, Pontivy
64
Marcelle De Cecco, Carnac
65
Georgette Le Hen, Baud
66
Claudine Le Corre, Lorient
67
Cécile Calvé, Inguiniel
68
Marguerite Jégo, Locmiquélic
69
Antoinette Giguelay, Quistinic
70
?
71
Gilberte Le Cren

72
Yvette Le Doublic, Auray
73
Yvonne Corbel, Baud
74
Anne-Marie Le Bouedec, Locmalo
75
Paulette Bénech
76
Paulette Yarassary, Port-Louis ?
77
Yvonne Blévénec, Vannes
78
Annick Peuron, Guémené
79
Monique Hellec, Guémené

80
Monique Guehennec, Baud
81
Louisette Darcel, Séglien
82
Jeanine Le Goff, Ploërdut
83
Louise Le Carvès, St Caradec
84
Anne Allanic, Malguénac
85
Anne Fouillé, St Tugdual
86
Madeleine Hervé, Port-Louis
87
Christiane Dréano, Moréac
88
Lucienne (Lulu) Guégan, Baud
89
Camille Cloirec, Langoëlan
90
Jeanine Le Normand, Port-Louis

91
Jeanine Le Fur, Le Croisty
92
Marguerite Eon, Pontivy
93
Andrée Rouillé, Guémené
94
Madame Dufeix
95
Madeleine Belleguic (Soliste), Baud
96
Andrée Le Hen, Baud
97
Andrée Jan, Baud
98
Michèle Le Bray, Rohan ?
99
Josiane Pagnoux, Carnac

100
?
101
?
102
Denise Péronno, Guénin
103
Germaine Doucet, Vannes
104
Nicole Le Guyader, Pontivy
105
? Le Masson
106
?
107
?
108
?
109
?
110
Madeleine Le Bouedec, Guémené
111
Marie-Claude Hubert, Plouay
112
Ursule Evanno, Guémené

113
Numéro inexistant
114
?
115
Paulette Le Huérou, Guémené
116
Mimi le Tetour, Pluméliau (St Nicolas)
117
Annick Briand (Mauron)
118
Gilberte Guillouzic
119
Marie-Jo Rambaud
120
Marie-Thérèse ( ? ) Hervo, St Yves en Bubry
121
Léa Vessier, Moustoir-Remungol
122
Yvonne Le Gourriérec, Melrand
123
Jacqueline Le Fur, Ploërdut

124
Lucie Kerjan, Ploërdut
125
Gisèle Le Dû, Guémené
126
Adèle Le Gouallec
127
Jacqueline Le Saux, Auray
128
Annette Tridiec, Guémené
129
Simone Le Guénnec, Guémené
130
Suzanne Cadoudal
131
Marie-Louise Valy, Muzillac

132
?
133
?
134
?
135
?
136
Françoise (?) Le Bourhis, Langoëlan
137
Andrée Ezan, St Philibert
138
Denise Le Guennec, St Pierre de Quiberon
139
?
140
?





Moderato cantabile... Epilogue


Après l’euphorie du succès, il semble que les instances supérieures aient pointé du doigt les résultats très moyens obtenus au BEPC et considéré que la place prise par le travail de la chorale en fut une des causes.
On ne sait pas exactement quand mais il est à noter que Mlle Le Gunéhec et Mme Dufeix ont quitté Guémené quelque temps après. La première fut remplacée par Mme Le Fur, la femme d’Augustin, huissier de justice, ancien secrétaire de l’USG et chroniqueur enthousiaste des exploits du coureur à pied Mathurin Mahé dans les années 20 (cf. blog *). La seconde ne fut pas remplacée, le chant choral disparut de l’emploi du temps hebdomadaire. Les petites 6è se contentèrent désormais d’apprendre (mal) le solfège sous la baguette de la prof qui enseignait toutes les matières sauf l’anglais. Les classes supérieures avaient des profs plus spécialisés mais la musique ne retrouva ni grâce ni gloire. 
 Mme Dufeix était passionnée de musique, enthousiaste et très entraînante. Mais il fallait vivre aussi. Anne se souvient l’avoir rencontrée violoniste dans les bals du samedi soir pour gagner quelques sous en jouant une musique qui ne correspondait ni à sa vocation ni à ses aspirations.
Une remarque pour finir. La liste des élèves participant à la chorale permet de se rendre compte de la place qu’occupait l’établissement dans le dispositif scolaire départemental et de l’attraction qu’il exerçait. De Guémené, seulement 11 filles sur 120 nommées, et seulement 30 du canton, un petit quart des 138. On vient à Guémené de partout, de Baud bien sûr, de Carnac (Mlle Le Gunéhec était de Carnac) mais aussi de Vannes, de Lorient, de Pontivy, de Mauron au Nord-est, de Muzillac, au Sud-est.


Si de nombreuses gagnantes du concours régional de 1949 sont encore présentes à Paris,
il serait injuste de ne pas présenter plus précisément l’ensemble des participantes.
Voici donc la photo avec les numéros permettant d’identifier les jeunes filles.


Et, comme précédemment la liste des ambassadrices...

1
Jeanine Le Normand, Port-Louis
2
Paule Gourin, Belz
3
Suzanne Le Lan, Auray
4
Denise Le Galliot, Baud
5
Marie-Thérèse Dumont, Lorient
6
Monique Guéhennec, Baud
7
Denise Ulliac, Langonnet
8
Annick Minou, Langonnet

9
? Le Louarn, Berné
10
Georgette Jaffré, Cléguérec
11
Blandine Le Métayer, Moustoir-Remungol
12
Andrée Le Hen, Baud
13
Aimée Calvé, Inguiniel
14
Odette Guiriec, Silfiac ou Ste Brigitte
15
Colette Guillamet, Guémené
16
Marguerite Eon, Pontivy
17
Marie-Thérèse Le Saux, St Caradec

18
Renée Danet, Vannes
19
Micheline Le Rouzic, Carnac
20
Marcelle De Cecco, Carnac
21
Monique Hémery, Lorient
22
Christiane Evenou, Berné
23
Hélène Doré, Guémené
24
Flora Peuron, Guémené
25
?

26
Monique Le Vély, Baud
27
Monique Juhel, Mauron ?
28
Rémyne Le Paddelec
29
Francine Gouel, Malguénac
30
Denise Péronno, Guénin
31
Lucienne Guégan, Baud
32
Colette Le Strat, Melrand
33
Francine Le Navenec, Meslan ?

34
Geneviève Hervo, Bubry
35
Huguette Le Bihannic, Lorient
36
? Guilloux, Guémené
37
Adèle Le Gouallec
38
?
39
?
40
Annie Le Clanche, Le Bono
41
?

42
Marie-Claude Hubert, Plouay
43
Renée Sévéran, Sarzeau
44
Germaine Doucet, Vannes
45
Louisette Le Roux, Ploërdut
46
Odette Réty, Le Croisty
47
Madeleine Belleguic, Baud
48
Thérèse Le Louarn, Berné
49
Thérèse Danigo

50
Hélène Lohézic, Carnac
51
? Le Sciellour, Ploërdut
52
Anne Allanic, Malguénac
53
Louisette Darcel, Séglien
54
Gisèle Lucas, Guémené
55
Alice Le Goff ?, Le Croisty
56
Francine Le Gleut, Berné

57
Maryvonne Bénech
58
?
59
Annie Fisher, Lorient
60
Camille Cloirec, Langoëlan
61
Jeanine Moreau, Guémené
62
Michèle Le Bray
63
Yvette Le Doublic, Auray
64
Marthe Lucas, Le Bono

 65
Annick Peuron, Guémené
66
Gilberte Le Cren
67
Ursule Evano, Guémené
68
Hélène Le Guin, Silfiac
69
Pauline Cosnier, Mauron
70
Anne Quéré, Plouray
71
Madeleine Hervé, Port-Louis
72
Henriette Robic, Ploërdut

73
?
74
Odette Guillaume, Auray
75
Adrienne Le Nestour, Plouray
76
Anne Lucas, Mauron
77
Claudine Le Corre, Lorient
78
Georgette Le Hen, Baud
79
Christiane Dréano, Moréac

80
Irène Le Roy, Ploërdut ?
81
Paulette Kervégant, Le Sourn
82
Anne-Marie Le Bouedec, Locmalo
83
Madame Dufeix
84
Jeanine Le Carvès, Carnac
85
Jeanine Kériel ?, Vannes
86
Josiane Pagnoux, Carnac
87
Denise Le Cunff, Persquen
88
?

89
Yvonne Blévenec, Vannes
90
Georgette Mathias, Le Hézo (Sarzeau)
91
Antoinette Le Gouguec, Le Croisty
92
Monique Goulard, Pontivy
93
Christiane Philippe, Ploërdut
94
Gilberte Dréano
95
Lucienne Le Bray, Inguiniel
96
?

97
?
98
Antoinette Giguelay, Quistinic
99
Annick Jaffré, Cléguérec
100
Marguerite Jégo, Locmiquélic
101
Jacqueline Conan, Auray
102
Suzanne Cadoudal, Auray
103
Maria Gourriérec, Baud
104
?

105
Denise Jan, Baud
106
Paulette Yarassary, Port-Louis
107
Jeanine Le Fur, Le Croisty
108
Nicole Le Guyader, Pontivy
109
Jacqueline Le Saux, Auray
110
Gisèle Le Du, Guémené
111
Yvonne Corbel, Baud
112
?

113
Denise Le Guennec, St Pierre de Quiberon
114
Andrée Jan, Baud
115
?
116
? Le Masson
117
Madeleine Le Bouedec, Guémené
118
Hélène Broustal, Langonnet
119
Renée Tromelin, Ploërdut

FIN






Caldamente Remerciements

Un grand merci à Anne Allanic pour sa contribution qui complète le témoignage de Simone Le Guénnec, cf. blog *, précédent reportage. Elles ont eu la chance de vivre de grands moments avec leurs compagnes et leur professeure émérite. Et nous tous, la chance d’en avoir recueilli l’écho.

Mais où sont les neiges d’antan ?


4 commentaires:

  1. une histoire guémenoise exceptionnelle aujourd'hui pleine de vie et un bâtiment maintenant détruit ne pouvant rien laisser transpirer des nombreux souvenirs et histoires comme celle-ci.
    Raconter cette épopée guémenoise à la capitale et remporter un prix est inouïe aujourd'hui.
    J'imagine l'émulation, l'ambiance collective de ces filles et leurs souvenirs.
    puissent-elles s'exprimer , ce serait bien mais vous êtes un bon relai.
    Magnifique reportage qui a du prendre du temps.
    Félicitations

    RépondreSupprimer
  2. superbe reportage je ne me rappelle pas de ce succès :j'avais 5 ans ,Maman m'a beaucoup parlé de MELLE LE Gunéhec quiétait une femme formidable (ma mére avait été pensionnaire au cc pendant la guerre ) étant Guémenoise et ancienne élève j'éprouve une certaine nostalgie à voir ces batiments détruits tant de souvenirs s'y rattachaient ,depuis la maternelle à la 3éme terminale (que nous avons faite dans l'ancienne classe maternelle de MELLE DAVID ,il nous manquait une chose la fresque de LA CHévre de monsieur SEGUIN au mur!!!!!)Félicitations et Merci à Simone et Anne

    RépondreSupprimer
  3. J'ai juste oublié de vous préciser que pour les fétes de NOêl nous avions aussi notre "chorale" qui était dirigée de mains de maitre par MADAME LOZACHMEUR PROF super !

    RépondreSupprimer
  4. Magnifique, faîtes en part à la presse locale, je suis sûre que ce sujet les intéressera car on parle de parents de la région ayant fait leur scolarité à Guémené .

    RépondreSupprimer