13/04/2014

 
 
 
CHAPELLES ST EUGÈNE et ST DIBOEN
LOCMALO
 

Dans ce « Vallon aux trois saints » comme on le dénomme joliment, trois chapelles et leur fontaine se sont côtoyées .
Nous sommes non loin de Locmalo dans la vallée de la Sarre.
Dans ce « Vallon aux trois saints » comme on le dénomme joliment, trois chapelles et leur fontaine se sont côtoyées à une époque.
De la
Read more at http://www.tourismepaysroimorvan.com/chapelle-saint-eugene/locmalo/tabid/7506/offreid/99428526-4ca1-494c-8f87-31ee52ca6daf/detail-patrimoine-curiosites.aspx#6ojVZZBvACqVo4QY.99

Dans ce « Vallon aux trois saints » comme on le dénomme joliment, trois chapelles et leur fontaine se sont côtoyées à une époque.
De la chapelle Saint-Urlo, il ne reste malheureusement rien.
La chapelle Saint-Eugène date du 16ème siècle. Elle fut remaniée au 17ème et au 18ème siècle, en partie avec les pierres de la chapelle Saint-Urlo. Saint Eugène ne semble pas être le saint primitif honoré en ce lieu. En effet, en 1549, la chapelle était dédiée à Saint Tujean, à Saint Tuchen en 1626 puis à Saint Chuchen en 1679. Saint Eugène n’apparait qu’en 1695. En 1706, la chapelle est dite de Saint Suchen. Le premier saint patron serait, apparemment, Saint Tujen qui avait la réputation de guérir de la rage. La partie la plus remarquable de la construction réside certainement dans son clocher. La souche carrée, la chambre de la cloche largement ouverte, les gargouilles animales, les pinacles d’angle et les frontons aveugles l’apparentent au type cornouaillais.
Read more at http://www.tourismepaysroimorvan.com/chapelle-saint-eugene/locmalo/tabid/7506/offreid/99428526-4ca1-494c-8f87-31ee52ca6daf/detail-patrimoine-curiosites.aspx#6ojVZZBvACqVo4QY.99
 
 
°°°° 

CHAPELLE ST JOSEPH
Dans ce « Vallon aux trois saints » comme on le dénomme joliment, trois chapelles et leur fontaine se sont côtoyées à une époque.
De la chapelle Saint-Urlo, il ne reste malheureusement rien.
La chapelle Saint-Eugène date du 16ème siècle. Elle fut remaniée au 17ème et au 18ème siècle, en partie avec les pierres de la chapelle Saint-Urlo. Saint Eugène ne semble pas être le saint primitif honoré en ce lieu. En effet, en 1549, la chapelle était dédiée à Saint Tujean, à Saint Tuchen en 1626 puis à Saint Chuchen en 1679. Saint Eugène n’apparait qu’en 1695. En 1706, la chapelle est dite de Saint Suchen. Le premier saint patron serait, apparemment, Saint Tujen qui avait la réputation de guérir de la rage. La partie la plus remarquable de la construction réside certainement dans son clocher. La souche carrée, la chambre de la cloche largement ouverte, les gargouilles animales, les pinacles d’angle et les frontons aveugles l’apparentent au type cornouaillais.
Read more at http://www.tourismepaysroimorvan.com/chapelle-saint-eugene/locmalo/tabid/7506/offreid/99428526-4ca1-494c-8f87-31ee52ca6daf/detail-patrimoine-curiosites.aspx#6ojVZZBvACqVo4QY.99
Dans ce « Vallon aux trois saints » comme on le dénomme joliment, trois chapelles et leur fontaine se sont côtoyées à une époque.
De la chapelle Saint-Urlo, il ne reste malheureusement rien.
La chapelle Saint-Eugène date du 16ème siècle. Elle fut remaniée au 17ème et au 18ème siècle, en partie avec les pierres de la chapelle Saint-Urlo. Saint Eugène ne semble pas être le saint primitif honoré en ce lieu. En effet, en 1549, la chapelle était dédiée à Saint Tujean, à Saint Tuchen en 1626 puis à Saint Chuchen en 1679. Saint Eugène n’apparait qu’en 1695. En 1706, la chapelle est dite de Saint Suchen. Le premier saint patron serait, apparemment, Saint Tujen qui avait la réputation de guérir de la rage. La partie la plus remarquable de la construction réside certainement dans son clocher. La souche carrée, la chambre de la cloche largement ouverte, les gargouilles animales, les pinacles d’angle et les frontons aveugles l’apparentent au type cornouaillais.
Read more at http://www.tourismepaysroimorvan.com/chapelle-saint-eugene/locmalo/tabid/7506/offreid/99428526-4ca1-494c-8f87-31ee52ca6daf/detail-patrimoine-curiosites.aspx#6ojVZZBvACqVo4QY.99
Dans ce « Vallon aux trois saints » comme on le dénomme joliment, trois chapelles et leur fontaine se sont côtoyées à une époque.
De la chapelle Saint-Urlo, il ne reste malheureusement rien.
La chapelle Saint-Eugène date du 16ème siècle. Elle fut remaniée au 17ème et au 18ème siècle, en partie avec les pierres de la chapelle Saint-Urlo. Saint Eugène ne semble pas être le saint primitif honoré en ce lieu. En effet, en 1549, la chapelle était dédiée à Saint Tujean, à Saint Tuchen en 1626 puis à Saint Chuchen en 1679. Saint Eugène n’apparait qu’en 1695. En 1706, la chapelle est dite de Saint Suchen. Le premier saint patron serait, apparemment, Saint Tujen qui avait la réputation de guérir de la rage. La partie la plus remarquable de la construction réside certainement dans son clocher. La souche carrée, la chambre de la cloche largement ouverte, les gargouilles animales, les pinacles d’angle et les frontons aveugles l’apparentent au type cornouaillais.
Read more at http://www.tourismepaysroimorvan.com/chapelle-saint-eugene/locmalo/tabid/7506/offreid/99428526-4ca1-494c-8f87-31ee52ca6daf/detail-patrimoine-curiosites.aspx#6ojVZZBvACqVo4QY.99

De style gothique flamboyant, la chapelle Saint-Eugène fut élevée au 16ème siècle (facade ouest et clocher), puis remaniée en 1663 (porte sud et nef) et au 18ème (transept).
 

Le titre de Saint-Eugène est certainement usurpé. La chapelle était dite, en 1549 de saint Tujean, en 1626 de saint Tuchen, en 1679 de saint Chuchen, en 1680 de saint Suchen. Saint-Eugène n'apparaît qu'en 1695. On peut affirmer que le saint qui était primitivement  honoré est saint Tujen, réputé guérir de la rage.

 
Construite à flanc de coteau, la chapelle actuelle s'étire en longueur (21m) et dessine une croix latine mais l'aile méridionale n'aurait été bâtie qu'en 1864.
 
La chapelle vue de la route


Le clocheton à souche carrée s'élève au droit du pignon occidental. La chambre de la cloche s'ouvre largement grâce à de hautes baies sous des linteaux à corbelets. De longues gargouilles animales la cantonnent à son sommet et la flèche polygonale s'élève entre les pinacles d'angle et de petits frontons aveugles. La silhouette évoque les clochers à jour cornouaillais.
 
 
L'intérieur, rénové depuis quelques années montrent les murs blanchis à la chaux et un lambris de la voûte. Le sol reste en terre battue dans la nef mais le chœur surélevé est dallé. Un bénitier de granit (porte méridionale ouverte ci-dessous) est posé sur un support ovale.


Une balustrade ajourée délimite le sanctuaire qui contient, sur un soubassement en granit, l'autel de bois, en forme de tombeau galbé, orné d'un médaillon central, d'une frise d'entrelacs et d'angelots aux angles


Il ne restent plus que les statues en plâtre de Saint Eugène dans la fenêtre de chevet (ci-dessus)
et de Saint Durlo et Saint Diboen (ci-dessous).

 
 
 
°°°°
 
 
LA CHAPELLE SAINT-DIBOEN


La minuscule chapelle voisine est dédiée au mystérieux Saint Diboen.
Le nom en breton signifie " qui soulage de toute peine" , ce qui a l'air d'un surnom.  Son nom s'écrit Saint Yboin à Locmalo.
De faibles dimensions, cette petite chapelle rectangulaire s'ouvre par une porte en plein cintre et le pignon est sommé d'une croix.
Sur le côté (midi) est percée une baie en quatrefeuilles et de l'autre côté (nord) s'étire une longue fenêtre à linteau et meneau de pierre.
Un pardon se célébrait le 5ème dimanche de Pâques et l'on y conduisait les enfants chétifs. La coutume voulait qu'on les enfermât sous l'autel dont le devant s'ouvrait à deux battants. S'ils se mettaient à crier, c'était de bon augure : ils vivaient ; s'ils demeuraient cois, c'était, au contraire, mauvais signe. 
Ce pardon était, dit-on, très animé et très bruyant et l'un des plus fréquentés de la région de Guémené.
 


 
°°°°

 
LA FONTAINE AUX TROIS SAINTS


A quelques pas vers l'Ouest, en contrebas de la route se trouve la fontaine édifiée par Mr Hellegouarch, recteur de 1890 à 1903. Elle est comprise dans une enceinte murée et dallée à laquelle on descend par deux escaliers de trois marches qui se font vis-à-vis.

 
 
Dans le large pignon triangulaire aux rampants moulurés et surmontés d'une sorte de pinacle, on a ménagé trois niches cintrées, celle du milieu plus haute que les deux autres et dominée par un cœur enflammé couronné d'épines. Elles étaient destinées à recevoir les statues des trois saints honorés dans ce lieu. Sous l'effet des intempéries, le bois s'est vite détérioré de sorte que les trois niches sont vides. Il n'en reste pas moins vrai que ce vallon pittoresque reste le centre de la triple dévotion aux saints Tujen, Diboen et Urlo.

 
Au-dessous, l'inscription"  Sant Dib'n Pedeit aveit domp " exhorte les fidèles à la prière. L'eau de la fontaine est réputée guérir les maux de ventre. La tradition veut qu'on trempe la chemise d'un enfant pour connaître son sort, ou qu'on frotte sa chemise contre la statue de Saint Diboen.
 


 
 

O0O

Le noir et blanc
a aussi son charme...

PHOTOS GÉRARD GUÉGAN
 1963
 


 





 
 
PHOTO FRANÇOIS TRINEL
 

 
 
°°°°
Dans ce « Vallon aux trois saints » comme on le dénomme joliment, trois chapelles et leur fontaine se sont côtoyées à une époque.
De la
Read more at http://www.tourismepaysroimorvan.com/chapelle-saint-eugene/locmalo/tabid/7506/offreid/99428526-4ca1-494c-8f87-31ee52ca6daf/detail-patrimoine-curiosites.aspx#6ojVZZBvACqVo4QY.99
 
 
Photo prise lors du Pardon
mai 2013
 



09/04/2014

 
 
 
 
UNE BONNE TÊTE... CE POURLETH ...
 

08/04/2014




BULLETIN PAROISSIAL DE GUÉMENÉ
1918 et 1919

 
1918 : le conflit s'éternise... les morts s'ajoutent aux morts . Malgré l'apport de troupes nouvelles venant des Etats-Unis après beaucoup d'hésitation, rien ne laisse espérer une fin rapide de cette sale guerre d'autant que les troupes allemandes du front russe arrivent en masse en France.
Des facteurs déterminants viendront changer l'ordre des choses : des troupes allemandes non ravitaillées, des mutineries, des épidémies, la grippe espagnole et la détermination d'un commandement unique allié.
L'armistice est signé le 11 novembre 1918.
 

Les rédacteurs du bulletin paroissial guémenois ne savent plus à quel saint se vouer à propos de la guerre. Les vœux du Nouvel An ressemblent à des vœux pieux . Le Kaiser Guillaume II , dit le Teuton, est dit plus cruel que le vieil Hérode .
Beaucoup d'articles intéressant à lire dans ces bulletins  décrivant l'ambiance de l'époque.
L'armistice sera ressenti comme un soulagement plus qu'une victoire
 



O0O

 
En 1918 manquent les n° de février, mars, août et novembre.
En 1919 manquent janvier, mars, mai, juin, août, septembre, octobre et décembre.
Pour lire ces bulletins, il vous suffit de cliquer sur les petits rectangles blancs. Une fois la page ouverte, à l'aide des flèches sur le côté, vous tournez les pages ; à l'aide de votre molette, sur la souris , ou simplement en cliquant vous pouvez agrandir la page pour une meilleure lecture.

 
O0O
 
 
 
 
la Cloche - 06 01 1918

- Vœux du Nouvel an
- Aux Rois Mages
- Chronique paroissiale
- Chronique militaire
- Noël du petit Guémenois
- Histoire de la Paroisse de Guémené



 
la Cloche - 14 04 1918

- l'Avenir de Jérusalem
- Chronique paroissiale
- Chronique militaire
- Histoire de la Paroisse de Guémené



 
la Cloche - 12 05 1918

- le Mois de Marie
- Enfants de la Première Communion
- Première Communion et Confirmation
- La Confirmation à Locmalo
- Chronique paroissiale
- Chronique militaire
- Le Seigneur de Barach et le dragon ailé



 
la Cloche - 09 06 1918

- La Dévotion au Sacré-Cœur - Dévotion Nationale
- Le Sacré-Coeur dans le Drapeau
- Chronique paroissiale
- Chronique militaire
- La Danseuse de Guémené
- Les gamins de Bruxelles
- Les réfugiés



 
la Cloche - 07 07 1918

 - Le mois de Juillet
- A Sainte Anne
- Mort de M. l'abbé le Liboux
- Chronique paroissiale
- Chronique militaire
- Résultats scolaires
- Lettre du Front
- Grand Pardon de Notre-Dame de Lorette (Séglien)



 
la Cloche - 01 09 1918

- Les Couronnes de Marie
- Mouvement paroissial
- Chronique militaire
- Il rallume
- Prière du Général Foch
- Les Pardons du Canton de Guémené
- Les quatre catégories



 
la Cloche - 13 10 1918

- Mon Chapelet
- Bannière d'Alsace
- Mouvement paroissial
- M. Jégo, Recteur de Saint-Caradec
- En marge de l'Histoire de Guémené
Chronique militaire


 


la Cloche - 10 12 1918

- De la grippe et de la mortalité
- Noël
- Mouvement paroissial
- Chronique militaire
- Chroniques diverses
Le " Te Deum " à Guémené- A Ploërdut- A l'Alsace-Lorraine reconquise
- Histoire de la Paroisse de Guémené
- Répandre le bonheur
- Comment se défendre de la grippe




______________________________________________________________

 
la Cloche - 02 02 1919

- Aime Dieu et vas ton chemin
- A Saint François de Sale
- Mouvement paroissial
- Chronique militaire
- Lille sous les Boches
- Histoire de la Paroisse de Guémené
- Un marchand de fruits et de bonbons



 
la Cloche - 06 04 1919

- Le Devoir Pascal
- Education chrétienne des enfants
- Chronique paroissiale
- L'Alléluia de la France
- Histoire de la Paroisse de Guémené
- Le Citateur



 
la Cloche - 06 07 1919

- Le Blasphème
- Chronique paroissiale
- Prière pour les Soldats tombés au Champ d'Honneur
- Chronique du Canton


 

la Cloche - 09 11 1919

- Petit Catéchisme sur la Fête des Morts
- Véritable Amitié
- Chronique paroissiale
- Le Vent d'automne
- Histoire de la Paroisse de Guémené





 

24/03/2014

 
 
 
AU REVOIR JOSEPH !
 
 
Joseph le Nestour que beaucoup connaissaient nous a quittés.
Les Guémenois l'appréciaient pour sa gentillesse, son humilité et sa courtoisie.
Il aimait sa ville et ceux qui l'habitaient.
À 92 ans il était l'un des derniers témoins d'une époque marquée d'histoire.
Sa bonhomie nous manquera.
  
 
O0O
 
  
Document vocal - chanson bretonne
(cliquer sur le disque)
 
<a href="http://www.aht.li/2334689/Grand-Pere_En_Breton.m4a">Voir le Fichier : <strong>Grand-Pere_En_Breton.m4a</strong></a>
 
 
 

18/03/2014

 
 
CLUB du 3ème ÂGE de GUÉMENÉ-SUR-SCORFF (4)
 
 
 
Des sorties , du bonheur, du plaisir d'être ensemble,
du bien vivre sans privation...
 
 
1987
 
 











 






























 
O0O



Revoir toutes les photos du Club :
colonne de droite
libellé :
Club du 3ème âge