18/02/2015

 
 
LA MANIFESTATION de LIGNOL
commémoration de l'assassinat de Corentin le Floc'h
26 mai 1907
 
Voici un petit retour au début du XXème siècle , le 26 mai 1907.  Un événement local mobilisa plusieurs milliers de personnes : l'inauguration d'une plaque commémorative, offerte par le député républicain Alfred Brard, en l'honneur de Corentin le Floc'h, ancien député des Etats Généraux de 1789, qui périt assassiné par les chouans.
Cet événement est riche en symboles . Vous allez le comprendre mais il est nécessaire et intéressant de faire un rapide retour en arrière.
 
 
En 1789, la France est ruinée et la Bretagne va mal. Elle est pauvre. Les guerres successives ont ruiné le Duché. Des réformes s'imposent mais la noblesse bretonne, bornée, s'y oppose sous prétexte de défendre leurs libertés séculaires. C'est ainsi qu'à l'ouverture des Etats généraux de Versailles, elle n'est pas représentée. Elle boude. En revanche le Tiers Etat le sera, tel Corentin le Floch né à Lignol représentant la circonscription électorale d'Hennebont.
Après les évènements de 1789, les déceptions et frustations s'accumulent dans les campagnes. La bourgeoisie s'est accaparée les bénéfices économiques et politiques du changement. La carte bretonne est profondément remaniée par la création des départements. L'adoption de la Constitution civile du clergé proclamant la supériorité du pouvoir civil sur le spirituel, la suppression de 4 évêchés traditionnels et l'instauration du serment obligatoire pour les prêtres sont les éléments détonateurs du mouvement chouan. De plus, c'est l'explosion en Bretagne lorsque la Convention demande la levée de milliers d'hommes pour faire face à la guerre déclarée à l'Autriche, les paysans refusant alors de partir. La répression oblige les chouans à la clandestinité, se cachant le jour et sortant la nuit pour des raids meurtriers. Dans cette mouvance, les assassinats se multiplient, officiers municipaux, patriotes, curés jureurs et les arbres de Liberté sont saccagés. C'est ainsi que Corentin le Floc'h, devenu maire de Lignol, périt fusillé dans la nuit du 7 au 8 novembre 1794, avec les abbés Allanic et Jolivet , curé et vicaire constitutionnels de la commune.
 
 
Mais revenons en 1907, plus d'un siècle plus tard. C'est l'heure de la IIIème République. Au lendemain de la défaite militaire de 1870, laissant une France sinistrée, déchirée, amputée et ruinée, Adolphe Thiers réussit à reconstituer un pays tiraillé entre une droite monarchiste et religieuse et des républicains laïques impulsés par Léon Gambetta. Après de nombreux errements et scandales (crise boulangiste, Panama, affaire Dreyfus...) et des affrontements politiques sans merci, la République laïque et ses leaders tels Waldeck Rousseau et Emile Combes imposent leurs idées  en lutte contre "le péril clérical". Les lois de 1901 sur les associations aboutissent à la loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État. La France urbaine industrielle supplante la France rurale conservatrice. 
Tel est le tableau. La Bretagne cléricale et attachée à la tradition  ne s'en laisse pas aller et voue aux gémonies ces Républicains païens tel cet "Alfred Brard ", conseiller général de notre Pays Pourleth. Les 2 partis  s'opposent virilement, sans merci et la presse s'en fait l'écho.   
 
___________________________________________________________________
 
 
  
Revenons maintenant à cette manifestation de Lignol du 26 mai 1907 qui nous importe.
Nous sommes à la veille des élections partielles du Conseil Général  et du Conseil d'Arrondissement et un évènement marquant riche en symboles serait le bienvenu pour les Républicains. Un instituteur et journaliste écrivain , Emile Gilles, bien connu pour ses positions républicaines, apporte au conseiller général sortant Alfred Brard l'idée d'une grande réunion fédératrice autour du personnage Corentin Lefloc'h, lui proposant  d'offrir, lors d'un grand rassemblement populaire, une plaque de marbre en mémoire du député républicain et maire de Lignol assassiné par les chouans en 1794. Le but est de faire allusion et comparer les chouans d'antan à l'opposition actuelle conservatrice réticente aux lois laïques et notamment  à la législation de 1905 (séparation de l'église et de l'état et la législation scolaire sur la laïcité). Ce qui fut fait.
A force de publicité et ce, grâce aussi à la presse, l'évènement fit grand bruit et  mobilisa plusieurs milliers de sympathisants républicains, les associations et bon nombre d'élus. Pour faciliter la venue à Lignol, on affréta un train spécial partant de Pontivy .
Le pari fut réussi . Le Conseiller Brard offrit la plaque et prononça un discours d'anthologie locale en prônant les fondements de la laïcité, puis ce fut le tour du Maire de Guémené, Chardevel, du Maire de Lignol, Le Fur, de l'historien Emile Gilles , instigateur de la réunion, et enfin le sous-préfet Riom.
La presse républicaine se fit l'écho de cette réunion . Le Journal de Pontivy et la Démocratie du Morbihan consacrèrent une page entière de l'événement. 
 
Voici l'histoire de cette journée .
L'article ne manque pas de mordant et retrace bien l'esprit de l'époque .
A vous de le lire...
  
____________________________________________________________________ 
 
 
La journée n'est pas commencée
que la presse d'opposition présente l'évènement avec véhémence
 
LE COURRIER BRETON
26 mai 1907
 
 
________________________________________________________________________
 
  
La presse : Journal de Pontivy - 26 05 1907

UN TRAIN SPÉCIAL pour L'ÉVÉNEMENT
 
un train pavoisé de drapeaux

_________________________________________________
 
LE PROGRAMME
 
 
 ________________________________________________________________
 
 
LA JOURNÉE



02 juin 1907
La Démocratie du Morbihan
 
Voici l'article complet présenté sur cette page
dont nous livrons le détail ci-après
Le titre annonce la couleur...
 
Voici la plaque commémorative
 
 
...plus de cent convives pour le déjeuner au Grand Hôtel Moderne à Guémené...
 
 

 
 
 
 
 
Alfred Brard par Jean le Flaouter
 



 
 
 



M. Emile Gilles


Corentin Le Floc'h
 


 
 
 






  
______________________________________________________________________ 
 
 
 
UNE FÊTE SUPERBE... 
30 juin 1907
plus de 3000 personnes pour le Journal de Pontivy... 
 
tandis que le journal national
LE RADICAL
ne manquera pas l'événement
en notant la présence de "4000 paysans bretons"
 
 
_____________________________________
 
 
Et la contestation arriva...
 
 
La mobilisation fut donc importante et l'on peut considérer que le pari fut réussi,
du moins presque, car dans les journaux conservateurs, la critique fut âpre.
 
LE COURRIER BRETON - JUIN 1907 
 
De plus, la version des faits concernant la mort de C. le Floch, par Emile Gilles, ne fit pas l'unanimité et fut controversée. Ce dernier fit allusion dans son discours  à un prêtre insermanté, qui n'était autre que le vicaire général Videlo, connu pour ses positions chouannes et monarchistes. Ce prêtre aurait été reconnu, selon Gilles, ses preuves à l'appui, comme l'un des meurtriers de Corentin le Floc'h.
Il est à noter que l'épisode de l'assassinat de Corentin le Floc'h fut raconté en plusieurs parties sous la plume de Gilles de Saint-Ivy (qui n'est autre qu' Emile Gilles) dans le Journal de Pontivy, avant d'être édité en 1909 (image ci-dessous).
 
 
Une forte polémique s'installa entre cléricaux et anti-cléricaux. Parmi les contestataires se trouva Joseph-Marie Allanic, ancien professeur au collège de Vannes, respecté pour son érudition ... et né à Guémené (Voir : *). Pour lui la vérité est autre.
 


Il organisa en septembre une conférence dans une salle de la mairie de Guémené et se devait d'aborder ce sujet épineux. Mais un comité d'accueil mené par le maire républicain Chardevel interrompit brutalement la manifestation...
 
 
En 1908, J.M. Allanic publiera un ouvrage intitulé " La vérité sur l'assassinat de Corentin le Floc'h" contestant les propos d'Emile Gilles.
Un prêtre du diocèse de Vannes, P. Nicol, publiera aussi en 1910 un livre "Entre Chouans et Bleus : Corentin le Floc'h et les prêtres jureurs de Lignol"  donnant une autre version des affrontements. 
 
_____________________________________________________________________
 
 
 
LE RÉSULTAT DES ÉLECTIONS :
 
En ce qui concerne le résultat des élections du 28 juillet, les conseillers généraux républicains ont vu leur nombre diminuer de façon sensible. Bien que ce fut un succès d'ordre général dans le pays pour ce parti, ce fut la débandade dans la région. Le Conseil d'arrondissement de Pontivy qui comptait, il y a quelques années, 6 conseillers sur 9, ne compte plus qu'un seul membre républicain  : Alfred Brard à Guémené.
 
 
 

3 commentaires:

  1. belle évocation de l'époque qui nous transporte à Lignol avec ce texte cocasse . On ne rigolait pas trop avec ce sujet ... il y a hélas encore des résurgences visibles aujourd'hui de ces bleus et blancs . Bon article , merci.

    RépondreSupprimer
  2. très intéressant et donne à comprendre le comportement atavique d'aujourd'hui chez certains même si tout est atténué, comme le dit la personne avant moi. je me souviens de la guerre des écoles

    RépondreSupprimer
  3. un vrai travail pour comprendre notre région

    RépondreSupprimer