29/10/2014



 
L'ESPACE MUSÉAL des BAINS DE LA REINE
ou
l'aboutissement réussi du travail d'un maire
 
 
Au lendemain de l'inauguration officielle de l'espace muséal des  Bains de la Reine, il nous semble important de rappeler l'histoire peu banale, pleine de rebondissements et heureuse de leur retour à Guémené-sur-Scorff, sans oublier le principal acteur et artisan de cette réalisation, Christian Perron, ancien maire, non cité et oublié un peu trop vite par beaucoup dont certains correspondants des journaux locaux. Nous nous devons de rendre à César ce qui est à César.
 
O0O
 
 
Pour mémoire, ces Bains de la Reine furent construits à l'extérieur du château au XIVème siècle par Jeanne de Navarre (fille du roi de Navarre, belle-soeur du roi de France et descendante d'Aliénor d'Aquitaine) et seconde épouse de Jean 1er, vicomte de Rohan. Ces bains étaient une installation d'une grande modernité pour l'époque ressemblant à des thermes romains qui comprenaient 2 pièces, l'une chaude tel un hammam et l'autre de repos.
 
la cheminée de l'étuve avant 1927 - croquis de Léonce de Villeneuve
En 1929, la construction d'un lotissement, à l'emplacement du château, importait alors plus que ce "tas de pierre gênant" pour sa réalisation. La municipalité vendit ce monument à un antiquaire de VitréM. Arot, qui le démonta pour le transport.
 
 
C'est alors qu'intervint, au moment opportun (concours heureux), conscient de l'importance de ce triste spectacle),   Monseigneur de Villeneuve, archéologue, anthropologue de renom né à Locmalo retiré dans son manoir familial. Ce savant décide de faire des croquis en numérotant les pierres ainsi que des photos.
 
 
A Vitré, l'antiquaire en question fit reconstruire les Bains pour s'en servir ... comme abri de jardin, mais eu l'idée de demander leur inscription à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques d'Ille-et-Vilaine, ce qui fut accepté.
A son décès, ses ayants-droit voulurent raser les constructions sur ce terrain pour réaliser une opération immobilière. Le conservateur du musée de la ville de Vitré, M. Forget, averti et conscient du désastre à venir, fit démonter d'urgence les bains avec l'aide d'élèves d'un lycée technique (sans les numériser, faute de temps) pour les transporter dans un hangar communal.
 
Quarante ans plus tard, en 1999, la circonstance heureuse d'une visite du Club du 3ème âge de Guémené-sur-Scorff à Vitré fut le point de départ de ce retour des bains dans la cité pourleth. Sa présidente, Mme Eugénie Gourlet, rencontra le conservateur, M. Forget , qui ne manqua pas de lui parler de ces pierres venant de Guémené, ajoutant "qu'elles seraient mieux là-bas".
Cette dernière consciente de l'importance de la nouvelle s'empressa d'en aviser Monsieur le maire Jean Moëc et son adjoint Christian Perron, féru d'histoire locale, qui sans tarder allèrent à Vitré voir ces pierres entreposées sur des palettes.
A leur première requête, la commune de Vitré ne fit pas objection au retour de ces pierres sous réserve de l'autorisation de la Direction régionale de l'action culturelle (DRAC). Hélas, le déplacement des monuments inscrits était interdit d'un département à l'autre et la restitution fut refusée. Ce fut une grande déception pour les Guémenois. M. Forget avisa Christian Perron devenu maire de Guémené en mars 2001 qu'une nouvelle loi-musée était en préparation pouvant débloquer cette situation.
La loi en question fut promulguée le 04 janvier 2002 et suite à une nouvelle demande du retour des Bains, il fallut attendre presque deux années pour que le dossier soit accepté. Le maire de Vitré, Pierre Méhaignerie, confirma cet accord.
Arriva le jour tant attendu ! Christian Perron mobilise son conseil et part avec son premier adjoint chercher le trésor guémenois. Le convoi se compose de deux semi-remorques. De retour à la maison, les pierres sont déposées dans des locaux communaux à St Roch.
 
 
Mais la tâche n'était pas terminée et le plus dur restait à faire. Il fallut reconstituer le puzzle. Sauf quelques numéros sur certaines pierres datant de leur départ à Guémené, toutes les autres n'avaient aucune inscription significative. Christian Perron eut à cœur de mobiliser, a force de coups de fil et de rencontres, les spécialistes pour redonner vie aux Bains de la Reine. Sa rencontre avec M. Leo Goas-Straaijer, architecte du patrimoine, fut décisive.

 
 
Ce personnage atypique et passionné, séduit par cette tâche et le défi du maire, accepta de reconstituer le monument tout en indiquant que ce serait difficile, vu le peu d'éléments.
C'est là qu'intervient à nouveau les précieux numérotages des pierres de Monseigneur de Villeneuve. L'architecte découvre de ce fait l'emplacement d'ouvertures et beaucoup d'autres éléments.
Ce ne fut pas aisé pour l'architecte car il manquait 26 pièces ainsi que la grande cheminée sculptée qui servait à chauffer les bains. Leo Goas-Straaijer remit, trois mois plus tard, des documents dessinés avec précision ainsi que le plan de remontage.
Nous pouvons alors comprendre l'état d'esprit et la motivation de Christian Perron pour redonner vie à ces Bains de la Reine. Il se devait maintenant de trouver l'emplacement idéal pour les remonter. La concertation avec le conseil municipal et les Guémenois fut passionnée avec diverses solutions. La plus sage fut de restaurer le garage dit "Coguic" situé près des remparts, endroit idéal, avec l'idée de réaliser un espace muséographique contant l'histoire de Guémené.
 
 
 
Et c'est ce qui fut fait. Christian Perron sensibilisa la région et, à force de conviction auprès des élus régionaux, obtint le financement de cet espace muséal pourleth principalement grâce à la Communauté des communes du "Pays du Roi Morvan".
 
Les Bains de la Reine ont donc repris vie, presque à l'identique de 1929, au cœur d'un ancien site industriel, un mélange de genre où un patrimoine vieux de six siècles cohabite habilement avec des poutres en fer et des poulies. L'espace muséal permet ainsi d'expliquer le fonctionnement de ces bains à vapeur mais aussi la vie de l'époque. De même, dans ce contexte, l'histoire chronologique de Guémené et de son château sera présentée sous forme de panneaux aidant à la compréhension d'un passé souvent complexe.
 
Restaurer le passé glorieux de Guémené, anéanti au début du XXème siècle, en redonnant vie aux vieilles pierres et à tout ce qui pouvait être sauvé, était d'une part réaffirmer une identité à cette ville au passé historique incontesté et d'autre part relancer une vision économique attractive par le tourisme, amorcée par l'obtention du label "Cité de Caractère" ce qui ne fut pas toujours compris. La superficie de la ville ne donne malheureusement guère d'autre alternative de développement, à preuve du contraire. Charge maintenant aux élus de le comprendre et de poursuivre ce travail ambitieux qui devrait rejaillir de part son attractivité sur toute la région.
 
 _________________________________________________________________________
 
 
PHOTOS de L'ESPACE MUSÉAL
 
 
façade
 
 
salle d'acceuil et sa charmante hôtesse
 
 
Intérieur - panneaux et vue sur les remparts
 

les Bains de la Reine


Ecran diffusant des films en continu


Intérieur















 
 Extérieur du musée et vue des remparts


 


 

_____________________________________________________________________________

 
 
VIDÉO
Présentation des Bains de la Reine par Nathalie le Pen
médiatrice du patrimoine au Pays du Roi Morvan
 
(CLIQUEZ CI-DESSOUS SUR L'IMAGE)
http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/544e7c5d94739921b93007e3/f1c1d53eaa934bc8b148537fda8d92e1?wmode=transparent&chromeless=0&autoplay=1
 
 ___________________________________________________________________________
 
 
 
VISITES
 
 
 
____________________________________________________________________________

 
 
 
 ARTICLES de la PRESSE LOCALE
 
OUEST-FRANCE


 
 
LE TÉLÉGRAMME


 

16 commentaires:

  1. Ignorer coome ça monsieur Perron est une injure à son travail et sans lui notre Guémené ne serait pas ce qu'il est . tous ces investissements obtenus par sa persuasion pour embellir sa ville ont profité aux Guémenois et la reconnaissance de Guémené. Dans le journal monsieur le maire Moullec ne connait pas l'histoire de ces bains car il s'agit bien de monsieur Perron qui a persuadé monsieur Moec de l'importance de leur retour et c'est lui , un peu tout seul quelquefois, qui a permis ce retour et l'embellie de la ville. Vraiment merci à ce site internet de le confirmer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous' moi aussi je suis très attristée incroyable je ne connais pas le nouveau maire mais je connais Christian perron et son travail sa passion pour guemene pour les habitants
      Incroyable de s'approprier ce magnifique succès de réhabiliter guemene
      Félicitations au porteur ou porteuse du blog
      Je suis loin mais on n oublie pas ses racines je vis à marseille
      Je viendrai au mois de mai prochain
      je lui dirai de vive voix à ce monsieur le maire
      je suis très en colère
      Amitiés à ceux et celles qui se rebellent contre l injustice
      Cordialement


      Supprimer
  2. la moindre des délicatesses n'était pas "quand même pas " de l'ignorer .

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Christian doit en avoir gros sur la patate mais je sais et suis sûr qu'il continue à œuvrer pour le bien de Guémené
    JR un vieux copain

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour monsieur Perron qui est une personne de qualité , un conteur de l'histoire, toujours présent quand il le fallait et qui a si bien œuvré pour notre région

    RépondreSupprimer
  5. Belle brochette que voilà sur le télégramme..."Le Moullec/Morvant/Tromilin"...de drôles d'oiseaux descendus sur les remparts ...venus se" restaurer " à l'inauguration d'une "restauration" dont ils n'ont jamais pris part !...comment appelle-t-on déjà ces volatiles qui vivent grâce aux restes des autres ?...

    RépondreSupprimer
  6. Drôles d'oiseaux en effet, qui récupèrent ,visiblement sans complexes , les résultats d'un travail dont on ne cite même pas l'auteur !
    C'est vraiment honteux !!!!!!!!! ...un grand bravo et merci à MONSIEUR Christian Perron !!!!!...

    RépondreSupprimer
  7. Comment osent-t-ils parader dans un journal , faisant "LEUR" le travail d'un autre...
    LAMENTABLE !!! MINABLE!!!

    RépondreSupprimer
  8. Sans tomber trop dans la critique, il me semble que cette inauguration aurait dû être mieux exploitée médiatiquement pour un meilleur retentissement , les tv régionales (il y en a plusieurs) au lieu d'articles de journaux copiés les uns sur les autres (même un tout petit article dans le Journal de Pontivy du même tonneau) ce qu'aurait sûrement mieux exploité l'ancien maire par son jeu précieux de relations. He oui, c'est cela aussi . Il ne faut pas être critique envers monsieur Morvan qui a contribué largement au financement.

    RépondreSupprimer
  9. pas bien brillant tout ça...

    RépondreSupprimer
  10. Heureusement que ce blog existe pour remettre les pendules à «l’ancienne» heure. Tout Guémené sait très bien que la grande aventure des Bains de la Reine, ont deux personnages principaux : «Ninie» et «Christian Perron». Monsieur Morvan n’est pas en reste, il a participé pleinement au financement, dans un train en marche; Christian Perron s’est entendu avec tout le monde et était un Maire très apprécié. Nous lui devons donc :

    -Les Bains de la Reine
    -La restauration des remparts
    -La dénomination pour Guémené de : «Petite cité de caractère»
    -Il «fut» le Président Fondateur, pour 3 ans, voir dans la colonne de droite «Liens et Kastell Kohz». Tiens ! il a été viré ??? par qui ??. Un nouveau Président a été nommé c’est Hervé Le Quéré ... (article dans la presse). Messieurs expliquez-vous !!!!
    Christian Perron fait partie du Conseil Municipal. Il aurait été de bon aloi que le Président Fondateur reste à ses fonctions. Quel bel exemple de «démocratie». Cela en dit long sur la façon d’agir de cette nouvelle équipe. Guémenoises, Guémenois, cela devrait vous inciter à réfléchir sur le comportement de ces messieurs. Mais, quand on regarde bien les photos de presse, ils n’ont pas l’air si à l’aise que cela. Nous verrons bien à la fin du mandat, s’ils arrivent à la cheville de Christian Perron.

    A bon entendeur... Salut !!!

    RépondreSupprimer
  11. Dans tout cela , il faut donner conseil à chacun : oublier sa haine de l'autre, nous ne sommes que dans une petite ville pour ne pas dire village, et pour le vainqueur de l'élection , être universel et fédérateur et ainsi tout doit s'arranger

    RépondreSupprimer
  12. On en apprend des choses avec ce blog, j’ai fait une petite enquête et quelques investigations, suite au précédent blogueur, sur l’association «Kastel Kohz» :

    1 Cette association fut créée mi-2013 par M. Christian Perron. Comme toute association loi 1901, elle possède un caractère privé (même si on peut trouver des accointances avec mairie ou administrations culturelles, afin d’obtenir des subventions).

    2 Le Président fondateur, est bien M.Christian Perron, élu avec un bureau de différentes entités culturelles Pourleth pour une durée de 3 ans, ce qui nous mène au milieu de l’année 2016.

    3 - Comme dit le précédent blogueur : « Messieurs, expliquez-vous ». Par quelle autorité le président fondateur d'alors M. Christian Perron a été destitué ? et qui se trouve au dessus du Président ? (Sommes-nous retournés dans une Principauté bananière où l’on peut faire n’importe quoi ?)

    4 - Comme toute association, l’émission d’un ou deux bulletins d’information par an (qui retrace l’historique et les projets futurs est nécessaire). Ou en êtes-vous, messieurs de la nouvelle équipe ? où peut-on vous joindre ? Je suppose également, comme toute association, que l’on peut y adhérer et quel est le montant de la cotisation ? avez-vous imprimé et diffusé des bulletins d’adhésions ?
    Je suppose également que vous avez prévu des réunions avec vos adhérents et des conférences.

    5 - Vous n’avez-pas de site Internet ou blog, je n’ai rien vu sur le site de la mairie (il semble dormir . Ce site est parait bien creux ) Mais peut être accepterez-vous de laisser vos informations sur ce blog (qui est ouvert à tous).

    6 - Ce blog devient pour moi une véritable encyclopédie et représente idéalement notre région. Que cela donne à réfléchir sur bien des sujets et comportements !!!

    RépondreSupprimer
  13. MERCI à Christian PERRON et à Michel MORVAN d'avoir continué à soutenir le projet que j'avais démarré en 1990
    MERCI pour le soutien de Nini GOURLAIS !
    Nathalie NICOL QUI SERA TOUJOURS GUEMENOISE

    RépondreSupprimer
  14. je ne comprends pas pourquoi l'ancien maire n'est plus rien dans cette association alors qu'il est un membre fondateur. Les statuts ne peuvent pas avoir changés

    RépondreSupprimer
  15. Merci au Créateur du Blog d’avoir rajouté la page 8 du Bulletin d’information municipale de Juillet 2014, le premier de la nouvelle équipe. Le siège de l’association Kastell Kozh se trouve donc aux Bains de la Reine.
    Mais, il y a 2 «fôtes» sur la première ligne :
    Une faute de conjugaison : crée ne s’écrit pas comme cela et,
    Une faute par omission volontaire; lire la première ligne comme suit :
    L’association Kastell Kozh, créée en septembre 2013 par M. Christian Perron, a pour but de mettre en oeuvre un .....
    Il y a bien dans la nouvelle équipe un enseignant de l’Education Nationale qui pourrait faire les corrections des fautes d’orthographe... mais, ce n’est pas gagné !!!

    RépondreSupprimer