22/05/2012




MI-CARÊME - CAVALCADE
une tradition guémenoise


L'ambiance et la bonne humeur sont toujours de mise à la Cavalcade d'aujourd'hui comme elle l'était avant pour la Mi-Carême. L'esprit de la fête est le même. Les Guémenois et gens d'alentour ont toujours rivalisé d'imagination, de créativité et d'humour pour célèbrer et perpétuer cette journée. L'occasion  nous semble bonne de vous montrer quelques anciens clichés agrémentés d'un joyeux commentaire.


oOOo 



Les mi-carêmes eurent lieu sans interruption de 1926 à 1939
Le char de la reine clôt le cortège qui comprend des chars fleuris, des chars humoristiques, des groupes burlesques et des individuels.




Voici quelques illustrations témoignant de l’esprit du temps


Pour ouvrir le défilé, chapeaux melons, barbes postiches et sur un air d’accordéon, une bonne grosse blague en forme d’évidence, traduction guémenoise du « rester zen ».





Puis, un char fleuri où les enfants ont des ailes de papillon




Suivent les groupes burlesques ...


Les Guémenois ont à la fois la grosse tête et la petite tète..
joyeux mélange de masques, de pinceaux, de peinturlure et de divines bouteilles.





Deux jeunes gens se lancent dans l’aventure et glorifient à leur manière Pierrot et Colombine, Jean Le Guénnec et son copain Péron dont la grand-mère a passé son dimanche à chercher sa robe de bal disparue de l’armoire.






Le Guémenois adore parodier ses gloires pittoresques.
Bien avant Jacques Tatiun groupe brocarde les illustrissimes facteurs du temps,
leurs képis, leurs chapeaux et leurs boîtes.
Qui sont ces lurons qui se cachent derrière le masque et le faux-nez ?
Vous le saurez au prochain numéro.






Au moins deux de ces loustics se sont pris de béguin pour la reine (du plan bis *) infiltrée incognito dans le défilé du côté du Grand Moulin, leur ami Joseph Pichodo, Joséphine pour l’occasion. A droite, Pierre Le Bihan.







On a mélangé les bobines du film, tant pis si c’est une autre année, 
l’essentiel c’est de rigoler.
Il fallait bien un char pour la grande parade du cirque « Jobec Lagat Du » . Voyez les artistes au regard diabolique : le clairon ; l’athlète en maillot qui soulève les poids de 80 kg ; l’accordéoniste ; le porte-voix ; le clown à la tunique bizarre moitié « maman, les p’tits bateaux » moitié « fox trot » ; et le jeune tambour qui ramène sa fraise héritée en ligne directe d’Henri IV.






L’équipe a retrouvé son mentor et son sérieux pour la photo souvenir.

En Jobec Lagat Du, Jean Le Guénnec ;
l’ accordéoniste, Julien Prévost ;
le mentor, Louis Strugeon ;
le porte-voix au maillot rayé,Joseph Pichodo;
le clown au costume « fox trot » est un fidèle de la bande,
également présent sur le cliché « la gloire de nos pères » paru dans le blog ;
les deux autres gardent provisoirement l’anonymat.




Et pour clore l’épisode,
le char de la reine tiré par un cheval en partie escamoté par le photographe.
Les majestés sont Marguerite Barach, Louisette Le Bourlot et Eulalie Le Maur, demoiselle d’honneur. On me dit à l’oreille que le vieux monsieur moustachu et portant casquette, sur le côté, était le père de Louis Hubert mais j’ai peut-être mal entendu tant le maître sonneur en met un coup à souffler dans son biniou.


Eulalie Le Maur






Après le palmarès,
concert et danses aux binious place des Halles ;
ce soir, grands bals à « la Pomme d’or » et au « Modern’ Dancing ».


* le plan B eut lieu en 1933, les jeunes filles guémenoises ayant refusé de participer à l’élection de la reine.


0O0


VIDEO IMAGES




1 commentaire:

  1. de beaux documents et merci de nous les montrer.

    RépondreSupprimer